Nouvelle année à Ngaoundéré

La fête de Noël et de fin d’année s’est déroulée d’une manière presque normale.  Ici on est loin des fastes de Paris et de Yaoundé. J’imagine que les bars de la ville de Ngaoundéré étaient plein à craquer, mais nous sommes sagement restés entre nous.

Ici Noël c’est avant tout la naissance du Christ et la fameuse messe de Noël. Nous nous attendions à une célébration festive et plein de joie dans notre paroisse mais le prêtre en a décidé autrement : 45 minutes d’un sermon plein de fureur, martelant son pupitre, invectivant et accusant les femmes d’être la seule raison du désordre mondial et les sommant de revenir à leur seul rôle sur terre, celui d’enfanter, de faire la cuisine et de rester tranquille au foyer ! Franchement, 45 minutes, ce fut très long et l’idée m’est venu de m’enfuir en courant, loin de cette colère qui a duré près de 3 heures. Mais j’ai tenu jusqu’au bout pour pouvoir rendre témoignage et pouvoir dire un jour : oui, j’y étais !

Le dimanche suivant nous avons changés de paroisse et avons  été à la cathédrale où l’homélie du prêtre était beaucoup plus clémente, pour nous pauvre pêcheur, et empreinte d’un amour et d’une bienveillance   paternel, bref un comportement plus en phase avec l’idée que je me fais de la chrétienté et du rôle d’un prêtre. La colère n’est pas bonne conseillère.

Sinon nous avons mangés plus qu’à l’ordinaire et la viande de porc s’est invité au menu. Une viande qui venait de Foulou, le village de ma belle maman, qui nous l’a fait parvenir par la route (près de 600 kms). Bien sur il n’est pas venu à pied. Félicité, la plus jeune des sœurs de Martine, l’a amené et à fêté avec nous .

La rentrée scolaire se fera le 9 janvier et la vie reprendra son cours normalement avec en tête de revenir sur Maroua fin juin, à la fin de l’année scolaire.

Bonne année 2017 à tous, plein d’Amour et de Paix du cœur

Thierry et toute sa bande.